Météo Rhône-Alpes -Auvergne - Toute l'info météo de l'Auvergne aux Alpes. - Déluge sur le Lyonnais - 7 septembre 1995
 

 
Vous êtes ici :   Accueil » Déluge sur le Lyonnais - 7 septembre 1995
Twitter


7  septembre  1995 : déluge sur la région lyonnaise et l' Ain

Caves et parkings inondés, circulation paralysée, toitures effondrées...


C' est un véritable déluge qui s' est abattu sur le Rhône et une partie de l' Ain  sur les coups de midi. En l' espace de tout juste 2 h, Lyon, son agglomération mais aussi le nord du Rhône et la partie limitrophe de l' Ain auront connu de bons cumuls de pluies suite à de fortes précipitations.  Les trombes d' eau ont déposé pas moins de 20 mm en une heure à peine, provoquant des difficultés d' écoulement des eaux. Les égoûts débordèrent, les trémies furent noyées, les caves inondées. Tous les secteurs bas ont été particulièrement touchés. Tout cela provoqua des difficultés de circulation juste avant midi. Ce mauvais temps occasionna d' importants bouchons; jusqu' à 7 km sur l' Autouroute A7 qui fut inaccessible pendant une heure. De grands axes furent coupés. Les secteurs les plus impactés furent dans le Grand Lyon : Oullins, Vaulx en Velin, Villeurbanne, Pierre-Bénite. L' A7 fut coupée à la hauteur de la Mulatière dans les 2 sens, tout comme la rocade Est ( A46) ou la nationale 84 reliant Lyon à Bourg à hauteur de Miribel qui en soirée était encore infranchissable. Ce fut la panique générale avec de nombreux accrochages sur ces pateaugeoires.  Les ralentissements se sont prolongés durant toute l' après-midi. Les secteurs de la rue Servient, du cours Lafayette, de Garibaldi, de la rue de la Barre, du quai Tilsitt furent difficiles d' emprunt.

Ces pluies qualifiées de torrentielles ont eu une rare intensité et causèrent de nombreux dégâts. Tout cela est à mettre au compte du cyclone Iris qui est venu mourir dans notre région. Les Préfectures la veille avaient diffusé un bulletin d' alerte en prévision de ces abondantes pluies. Le bulletin annonçait non seulement du vent mais de violentes précipitations. On a ainsi relevé 20  à 24 mm d' eau en 1 h à peine en moyenne avec même des pointes à 10 mm en 6 mm. Le cumul pour Lyon fut de 27 mm, autant en agglomération, dans le nord du département et une partie de l' Ain, dans un axe NO/SE. Ce phénomène se produit en général tous les 4 ans environ. A Ambérieux dans le Rhône, on a même enregistré jusqu' à 38 mm de pluies en 1 h.


Le standard des pompiers déborda très vite d' appels et il fallait s' armer de patience pour avoir un interlocuteur. Les interventions se sont produites jusqu' en fin de journée et l' on a dû même faire appel à des équipes de volontaires car les services de secours étaient sollicités de toutes parts. Dans le 6e arrondissement de Lyon, des écoles furent évacuées par les secours et un début d 'incendie se produisit rue Masséna sur un transformateur tandis qu' un autre disjoncteur fut foudroyé du côté du quartier Montluc. Sur Villeurbanne également où des toits menaçaient de s' écrouler.  Rue de Pressensé 2 personnes furent blessées par une plaque d' égoût, violemment projetée en l' air sous la pression de l' eau dans les sous-sols lyonnais. Il a fallut également venir en aide à une entreprise de produits chimiques envahie par les eaux. On a sorti les moto-pompes pour plusieurs hopitaux du secteur, les gares. La Part Dieu a failli être évacuée mais il fallut sauver des eaux  de nombreux bagages. Les entrées de métro tout comme les parkings furent sous les eaux. Le collège Pagnol de Pierre Bénite fut assez touché.

Le SO du Rhône se retrouva les pieds dans l' eau. Le centre ville de St Genis Laval a été particulièrement touché en raison de la rupture de plusieurs canalisations d' égoûts. Des ravinements se sont produits dans la zone industrielle de la Mouche. A Oullins, la grande rue a de nouveau été transformée en torrent comme ce fut le cas en 1992. Un périmètre de sécurité fut installé au pont d' Oullins alors qu' un PC crise des pompiers s' organisa dans la mairie de la ville.
Les trémies fuirent le plein d' eau comme celle à la sortie du pont à la Mulatière obligeant sa fermeture. Les pompiers ont dû pomper avant la réouverture des voies..
A Ste Foy lès Lyon les sous-sols de l' hôpital ont été inondés A Vaulx en Velin les plaques d' égoûts furent soulevées par la pression de l' eau. On a relevé entre 20 et 40 cm d' eau sur les chaussées, parfois près de 70 cm comme rue du Rhône. Des véhicules furent remplis d' eau. On ne comptait plus sur Vaulx les inondations de garages, des maisons de retraites, des écoles et même le commissariat . La Rize est sortie de son lit. La rue Marius Berliet a également été inondée et le toit de l' école de la Nativité à Villeurbanne s' est en partie affaissé.
A Bron, la ville a souffert pendant  plus de 2 h où un véritable déluge de pluie accompagné de fortes rafales de vent s' abattit. La ville fut ainsi paralysée par ce mauvais temps. Il y a eu des coupures de courant route de Genas entre autres, trottoirs et chaussées transformés en torrents, rues inondées, coulées de boue bloquant les véhicules vers Parilly. La circulation fut ainsi totalement bloquée à Bron et on ne comptait plus les bouchons.

Le nord du département ne fut pas épargné non plus comme à Liergues mais le Beaujolais par contre alors que les vendanges avaient déjà commencé n' ont pas trop été éprouvées.



Quelques relevés de pluies en mm sur 24 h ce 7 septembre 1995


Villeurbanne Cusset 77 mm, Villeurbanne centre  77,7 mm, Lyon Tête d' Or 67,2 mm, St Genis Laval 62 mm.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :



Partager

Précédent  
  Suivant

Revues de presse

La météo vu par la presse régionale (Le Progrès, le Dauphiné, Journal du Bugey....)

Chroniques météo
AIN

Retrouvez toutes les pages pour le département de l'Ain

Allier
Ardèche
Cantal
Drôme
Haute Loire
Haute Savoie
Isère
Jura
Loire
Puy de Dôme
Rhône
Savoie
Région
Express,express...

Description de cette image, également commentée ci-aprèsAIN : c'est sûrement l'une des conséquences du changement climatique. Le département a été placé officiellement en surveillance renforcée du moustique tigre comme 7 autres nouveaux départements. Il s'agit d'anticiper tout risque de chikungunuya et de dengue. Cette décision confirme ainsi la progression de plus en plus vers le nord du pays. On compte déjà 28 départements dans lesquels l'insecte est maintenant implanté.

JURA : ça chauffe !. le 7 décembre dernier, le département a enregistré des températures dignes d'un début avril avec 15,2° à Lons, 14,4° à Dôle, 14,1° à Champagnole, 16° à Arbois et 11,5° à la Pesse; soit 7° au-dessus des normales. Mais aucun record n'a été enregistré. Les récentes chutes de neige ont pâti du récent redoux même si ce week end des 12-13, on pouvait encore pratiquer du ski dans la forêt du Massacre tout particulièrement. Sur les pentes du Crêt de Chalam à plus de 1500 m d'altitude, il ne restait plus guère de neige ce samedi 12. Et pas de neige en vue jusqu'à Noêl au moins.

Voir la suite Lire la suite

Nos sites partenaires : Meteo01 -   Photorandos.

 

Document généré en 1.13 secondes